Impact of treatment delay in patients with bladder cancer managed with partial cystectomy in Quebec: a population-based study

Nader Fahmy, Armen Aprikian, Mohammed Al-Otaibi, Simon Tanguay, Jordan Steinberg, Suganthiny Jeyaganth, Moamen Amin, Wassim Kassouf

Abstract


Objective: Treatment delays have been associated with adverse
outcomes in patients with bladder cancer treated with radical cystectomy
(RC). We sought to evaluate the impact of treatment delay
on disease recurrence and survival in patients with bladder cancer
treated with partial cystectomy (PC) in Quebec.

Methods: We reviewed and obtained billing records for all
patients who underwent PC and/or RC for bladder cancer in
Quebec between 1983 and 2005. Analysis included age, sex,
year of surgery, surgeon’s age, hospital type, preoperative and
postoperative visits with accompanying diagnoses and dates
of death.

Results: A total of 714 patients underwent PC. The median patient
age was 70 years. Two-hundred nineteen (30.7%) patients experienced
recurrence; of these, 52 (23.7%) required salvage RC.
Five-year overall and recurrence-free survival for patients who
underwent PC were 49.8% and 40.3%, respectively. Patients
delayed more than 12 weeks from transurethral resection of bladder
tumours (TURBT) to PC were at significantly increased risk
of requiring salvage RC compared with those delayed 12 weeks
or less (hazard ratio [HR] 3.0, p < 0.001). Patients who underwent
salvage RC had worse survival than patients who had upfront
RC (HR 1.5, p = 0.006). Variables including age, sex, presence
of hematuria, intravesical therapy, surgeon age, hospital PC volume,
surgeon PC volume, type of hospital (academic v. nonacademic)
or year of surgery were not significantly associated with
PC treatment delay.

Conclusion: Treatment delay in patients with bladder cancer managed
with PC was associated with increased risk of salvage RC.
Patients with bladder cancer who underwent salvage RC had worse
outcomes than those who had upfront cystectomy.

Objectif : Chez les patients atteints de cancer de la vessie traités
par cystectomie radicale (CR), un délai avant l’instauration du
traitement est associé à des résultats défavorables. Nous avons
tenté d’évaluer l’impact d’un tel délai sur la récidive de la maladie
et le taux de survie des patients atteints de cancer de la vessie
traités par cystectomie partielle (CP) au Québec.

Méthodologie : Les dossiers de facturation ont été obtenus pour
les patients ayant subi une CP et/ou une CR pour le traitement d’un
cancer de la vessie au Québec de 1983 à 2005. L’analyse tenait
compte de l’âge, du sexe, de l’année de l’intervention chirurgicale,
de l’âge du chirurgien, du type d’hôpital, des visites préopératoires
et postopératoires, des comorbidités et des dates de décès.

Résultats : En tout, 714 patients dont l’âge moyen était de 70 ans
ont subi une CP. De ce nombre, 219 patients (30,7 %) ont présenté
une récidive, dont 52 (23,7 %) nécessitant une CR de sauvetage.
La survie globale après 5 ans et la survie sans récidive chez
les patients ayant subi une CP étaient respectivement de 49,8 %
et de 40,3 %. Un intervalle supérieur à 12 semaines entre la résection
transurétrale de la tumeur et la CP a été associé à un taux
accru de CR de sauvetage en comparaison avec un intervalle
de 12 semaines ou moins (risque relatif [RR] 3,0, p < 0,001]. La
CR de sauvetage était associée à un taux inférieur de survie en
comparaison avec les patients traités par CR dès le départ (RR 1,5,
p = 0,006). Les autres variables, soit l’âge, le sexe, la présence
d’une hématurie, le recours à une thérapie intravésicale, l’âge
du chirurgien, le nombre de CP effectuées à l’hôpital, le nombre
de CP effectuées par le chirurgien, le type d’hôpital (universitaire
ou non universitaire), et l’année de l’intervention chirurgicale
n’ont pas été associées de façon significative au délai
avant la CP.

Conclusion : Le délai avant l’instauration du traitement chez les
patients atteints de cancer de la vessie traités par CP a été associé
à un taux accru de CR de sauvetage. Les patients atteints de
cancer de la vessie qui ont subi une CR de sauvetage présentaient
une issue de la maladie moins favorable que les patients traités
par cystectomie dès le départ.


Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.5489/cuaj.1045

Comments on this article

View all comments
 |  Add comment